Bref historique

Bref historique 2016-10-12T15:24:55+00:00

« … dès sa fondation, l’Université de Iaşi a éprouvé le besoin de s’intégrer dans l’histoire, de s’approprier l’esprit de l’histoire pour approfondir sa propre spécificité et pour répondre plus efficacement à ses fonctions ».

Gheorghe Platon, Professeur des Universités, Académicien

L’histoire de l’Université de Iaşi nous fait découvrir les leçons du manuel d’histoire des Roumains à commencer par le XVIe siècle. Si, en général, l’existence d’une université est rattachée au contexte historique, l’Université de Iaşi a joué plusieurs fois en Roumanie le rôle d’une créatrice d’histoire. Au XVIIe siècle, par exemple, l’université a été un abri pour la culture byzantine; plus tard, elle a été un des facteurs les plus importants pour la diffusion de la langue roumaine et de la culture autochtone; après sa fondation en tant que premier établissement d’enseignement supérieur moderne de Roumanie, l’université a fourni à l’Etat les plus grands penseurs et acteurs de la vie publique et a maintenu vivant l’esprit humaniste à l’époque communiste.

Avant 1860

1563 – Despot-Vodă, prince régnant de Moldavie, crée à Cotnari (près de Iaşi) un « Collège » (Schola Latina), avec un programme scolaire sur 5 ans. On y étudiait surtout la langue latine, mais aussi la rhétorique et la dialectique.

1640 – Vasile Lupu fonde un « Collège » auprès du Monastère des Trois Saints Hiérarques de Iaşi, où les cours sont dispensés en latin; le Collège de Iaşi est devenu un des principaux foyers de culture dans une aire dominée par la religion islamique, parfaitement synchronisé du point de vue professionnel et pédagogique avec les académies similaires d’Allemagne et d’Italie. A cette époque on imprime à Iaşi le premier livre en langue roumaine.

Document historique: la fondation du Collège « Vasile Lupu » auprès du Monastère des Trois Saints Hiérarques

1714 – On crée l’Académie Princière (Academia Domnească) de Iaşi; à l’époque phanariote, difficile du point de vue économique, les sciences et les académies continuent d’être en plein essor en Moldavie, le roumain commençant à être de plus en plus employé. L’Académie de Iaşi sert à définir et à affirmer l’identité roumaine, en entretenant la force de résistance contre l’oppression ottomane.

1835 – On crée à Iaşi l’Académie Mihăileană  (d’après le nom du prince régnant Mihail Sturza). On y donnait des cours d’histoire, de philosophie, de droit, de théologie, de chimie, de mathématiques, d’ingénierie, d’agronomie, d’architecture. La fondation et le fonctionnement de cette Académie, la création des premières facultés – de Droit et de Philosophie, mais surtout les transformations profondes au niveau politique (l’Union des Principautés Roumaines en  1859), ont préparé la voie à la fondation de l’Université de Iaşi.

 

Après 1860

Le premier établissement d’enseignement supérieur de Roumanie, l’Université de Iaşi, a été créé dans l’atmosphère festive de l’Union de la Valachie et de la Moldavie, qui ont ainsi formé un seul Etat. Inaugurée le 26 octobre 1860, l’Université porte le nom du Prince régnant à qui l’on doit cet acte fondamental de culture roumaine : Alexandru Ioan Cuza.

Document historique: la fondation de l’Université

 

Actul de înființare al Universității

Depuis sa fondation jusqu’à présent, la structure de l’Université de Iaşi a été en perpétuel changement, en harmonie avec l’évolution de la société et de la culture roumaines.

L’Université a débuté avec trois facultés: Philosophie, Droit et Théologie. Suite à la loi relative à l’enseignement de 1864, l’Université a été réorganisée, comportant cette fois quatre facultés: la Faculté des Lettres et de Philosophie, la Faculté des Sciences physiques, mathématiques et naturelles, la Faculté de Droit et la Faculté de Médecine, inaugurée plus tard, en 1879. La Faculté de Théologie a été dissoute après avoir fonctionné seulement quelques années à cause du nombre réduit d’étudiants. Stimulée par une nouvelle loi en 1898, l’Université de Iaşi a réussi à diversifier son offre académique (sections, départements, matières enseignées et activité scientifique). A cette époque-là, on a remarqué un développement spectaculaire de la Faculté des Sciences: en 1892 ont été créées les Chaires de Chimie Organique et de Chimie Inorganique suivies, en 1906, par celle de Chimie Agricole. Créée en 1910 au sein de la même Faculté, l’Ecole d’Electricité a connu un grand succès. Après ses débuts modestes en 1879, la Faculté de Médecine a acquis, en 1889, une organisation et un profil qui permettaient la formation de spécialistes hautement qualifiés à même de satisfaire aux exigences de l’époque.

La période qui a succédé à l’Union Nationale de 1918 s’est caractérisée par l’évolution remarquable de l’Université, en concordance avec les exigences de la société roumaine et du progrès européen de l’époque.

Les lois relatives à l’enseignement de 1932, 1937 et 1938 ont favorisé tant l’évolution des sciences que le développement des départements de l’Université: Médecine et Pharmacie, Sciences, Droit, Philosophie et Lettres respectivement Agriculture. En 1933, la sous-section d’enseignement agricole, incluse dans la section de sciences appliquées, a changé de statut, devenant la Faculté des Sciences Agricoles. Les deux autres branches de la section (Ecole d’ Electrotechnique et Section de Chimie Technologique) ont été réorganisées en 1937, donnant ainsi naissance à l’Institut Polytechnique « Gheorghe Asachi » de Iaşi, que la Faculté des Sciences Agricoles a rejoint un an plus tard.

Pendant l’entre-deux-guerres, l’Université „Alexandru Ioan Cuza” était arrivée au niveau des institutions européennes de même rang, tant du point de vue de l’administration et de l’organisation que de celui des programmes didactiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, le régime de démocratie populaire a obligé les universités à promouvoir une éducation de type communiste. La réforme de l’enseignement de 1948 a imposé les premiers pas à suivre pour l’accomplissement de cette tâche; elle a été suivie par les réformes de 1968 et 1978. L’idéologie communiste a apporté des changements radicaux à l’Université de Iaşi, tout comme dans l’enseignement supérieur de tout le pays. Plusieurs disiplines ont été censurées ou supprimées, de nombreux programmes didactiques ont été soumis à une rigidité extrême, la liberté académique a été restreinte et toutes les activités ont été guidées ou vérifiées par certains organes du seul parti politique existant.

C’est toujours à la même époque qu’on a ressenti le besoin de créer la Faculté des Sciences économiques, étant donné la demande de plus en plus grande de spécialistes d’économie (1962), après une longue période où les cours d’Économie politique, de Doctrines économiques et de Finances publiques avaient été enseignés au sein de la Faculté de Droit.

Pendant l’année académique 1968-1969, il y avait déjà huit facultés (Mathématiques-Mécanique, Physique, Chimie, Biologie-Géographie, Droit, Philologie, Histoire-Philosophie, Economie), alors qu’en 1974 il n’y en avait que sept, la Faculté de Chimie étant maintenant rattachée à l’Institut Polytechnique.

La chute du régime totalitaire en 1989 a ouvert de nouvelles perspectives pour l’enseignement et l’éducation en Roumanie. Les formes d’organisation et curriculaires qui avaient été imposées ont été tout de suite abandonnées. La reconstruction de l’université a été spontanée et radicale et a concerné tous les domaines: structure d’organisation, programme d’études, système de communication, ressources humaines. L’autonomie universitaire et la liberté décisionnelle ont conduit l’Université “Alexandru Ioan Cuza” vers ce qu’elle est aujourd’hui: l’une des universités les plus performantes de Roumanie, un repère pour l’excellence dans la recherche et la flexibilité didactique.

Recteurs de l’Université depuis 1860 jusqu’à présent

 

Enseignants à l’UAIC

L’équipe Dictionnaires & Encyclopédies du Département de Recherche Interdisciplinaire dans le Domaine des Sciences Humaines a réalisé, en 2010, un catalogue du personnel didactique et de recherche de l’Université „Alexandru Ioan Cuza” de Iaşi depuis 1860 jusqu’en 1990.

Dans la base de données il y a pour chaque enseignant une fiche personnelle contenant des renseignements tels: nom, prénom, le grade didactique le plus élevé qu’on a identifié, faculté / chaire, période d’activité, fonction de direction, sources de la documentation.

Le Catalogue du personnel didactique et de recherche de l’Université „Alexandru Ioan Cuza” peut être consulté ici.